dimanche, 1er août 2021 •

175 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Cinq hommes qui disent la fin de l’homme




(Par Roger Gbégnonvi)

​Le but de la vie, la fin de l’homme, c’est la mort. Et voici cinq hommes qui, mutatis mutandis, disent la fin de l’homme à l’aune de l’intelligence artificielle (IA).
​C’est d’abord Stephen Hawking (1942-2018), pour qui la mort collective est possible, logiquement envisageable. Décédé juste avant le millésime qui servit à baptiser un certain virus qui tue en vrac, l’astrophysicien de renommée mondiale ne pouvait s’y référer lorsqu’il déclara en 2014 à la BBC : « Je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l’humanité. » Si la science du professeur de Cambridge n’avait été éprouvée par ses étudiants et ses pairs, on eût pu le prendre pour un farfelu. Pourtant, Jean-Gabriel Ganascia, enseignant-chercheur en intelligence artificielle à Sorbonne Universités, y alla d’une réplique sans bémol : « Croire qu’une machine pourrait égaler ses concepteurs et se retourner contre eux relève soit du fantasme, soit d’une méconnaissance de l’IA ». Pour Ganascia donc, l’IA ne peut pas compromettre la vie des hommes sur terre.
​Or, le 17 décembre 2020, lors d’une Interview à France-Soir, le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine en 2008, a rejeté à nouveau la thèse qui veut que le ci-dessus virus soit parti d’un pangolin. Pour le savant nobélisé, et qui l’a martelé, « il y a eu aussi fabrication », et « erreur d’estimation ». Et de déplorer qu’on ait pu créer le sentiment que « il n’y a plus de vérité scientifique ». Pour expliquer l’infortune, le professeur a envisagé plusieurs hypothèses : « échapper », « une fuite calculée », « un essai ». Son avis est que les chercheurs n’ont pas planifié le malheur qui frappe la planète, ils ne voulaient pas le mal de l’humanité, mais au contraire son bien, car ils auraient été en quête d’un vaccin anti Sida.
​A aucun moment Luc Montagnier n’a évoqué l’IA. Elle pourrait cependant servir de toile de fond à son analyse pour conforter la prescience de Stephen Hawking et constituer une pierre dans le jardin de Jean-Gabriel Ganascia. Car ce sinistre virus semant le deuil et qui mute à sa guise pourrait préfigurer une cyberattaque planétaire décidée par des robots auto-actionnés, ayant échappé au contrôle de l’homme qui les aura créés intelligents. Et c’est bien une telle fatalité que craignait Hawking dès 2014 : que l’intelligence créée par l’homme, mais détachée de l’homme, en vienne à se comporter comme « une force qui va ». Une intelligence libre et indépendante de l’homme, mais une intelligence sans conscience.
​Si le virus apparu en 2019 se justifie de « il y a eu aussi fabrication », Luc Montagnier aura tranché en faveur de la vision apocalyptique de Stephen Hawking, car l’IA n’est qu’à ses débuts, et l’on n’arrête pas le progrès. Les avancées de l’IA promettent pour l’avenir des fruits abondants. Des fruits vénéneux ? En tout cas, le petit-chose qui a ‘‘échappé’’ répand d’ores et déjà panique et enfermement. Il remet au goût du jour les conseils de l’évangéliste Marc, il y a environ 2000 ans, pour conjurer l’abomination de la désolation : « …que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas pour rentrer dans sa maison et prendre ses affaires ; et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau ! Malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là… » (13/14-18).
​Et c’est alors qu’on s’en remet à l’angoissante consolation de Blaise Pascal : « L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien. » Mais noblesse et avantage et savoir seront-ils encore attributs de l’homme quand l’intelligence artificielle, détachée de l’homme, aura écrasé l’homme ?

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

26 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN




POUR UN AUTRE REGARD SUR L’AFRIQUE ! RESPECT, PRAGMATISME, CONFIANCE (...)


5 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
Nos partenaires, nos amis, nos sœurs et frères d’Afrique en ont assez… (...)
Lire la suite

Nouveau Départ et syndrome de Judas


29 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​« Mais Jésus dit à Judas : ‘’Ami, fais ta besogne’’ » (Math. 26/50). On (...)
Lire la suite

Le Bénin ne vit pas sous une dictature


28 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
Un texte bien inspirant avait récemment circulé, sur les réseaux sociaux (...)
Lire la suite

Démocratie et honnêteté politique au Bénin


27 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le bilan matériel du Bénin transfiguré en cinq ans de labeur porte en (...)
Lire la suite

Dieu incarné en débat à Parakou


20 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Récemment, sur Golfe TV Africa, relayé par les réseaux sociaux, (...)
Lire la suite

Mes prédictions IdO pour 2021 : une technologie plus intelligente (...)


17 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez les tendances de l’IdO que nous verrons le plus en 2021. Parmi (...)
Lire la suite

Plus forts ensembles : Pourquoi Ecobank dit Non aux maladies (...)


3 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Notre continent est confronté à de nombreux problèmes de santé publique. (...)
Lire la suite

Dieu et le Covid-19


30 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Lorsque nous ne sommes pas en soin intensif pour avoir été testé positif (...)
Lire la suite

Le défi mondial de la régulation du Web


28 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les questions de la liberté d’expression sur Internet et de la (...)
Lire la suite

Pourquoi le PAG doit enterrer ‘‘Yovo, cadeau’’


9 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Une comptine qui date d’au moins cent ans, puisque les Béninois qui, en (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


3 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas dit la vérité Le titre (...)
Lire la suite

LE PARRAINAGE OU LA DERNIÈRE MARCHE DES RÉFORMES POLITIQUES


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Depuis quelques semaines, le débat politique au Bénin est polarisé (...)
Lire la suite

Obama et Trump et l’empathie en politique


5 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Certains politologues rendent le Covid-19 (...)
Lire la suite

Félix Iroko historien sans désemparer


28 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) A quelques heures d’intervalle, avec un an de (...)
Lire la suite

L’ élection américaine de 2020


22 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
L’élection présidentielle du 3 novembre 2020 était sans doute l’élection (...)
Lire la suite

Ambitions de la nouvelle Charte des partis politiques du (...)


31 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Depuis quelque temps, il n’est clameur et fureur (...)
Lire la suite

Evolution de l’Etat au Bénin


24 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans son interview à Jeune Afrique (N° 3093, (...)
Lire la suite

Chemins et textes pour la victoire


17 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires