dimanche, 1er août 2021 •

190 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Conseils à la France pour sa survie

(Par Roger Gbégnonvi)




​Trois événements récents et successifs révèlent le malaise français. Un jeune premier sort des rangs. Le 6 avril 2016, il se met En Marche vers le Palais de l’Elysée. Au bout d’un an, il y est et s’installe dans le fauteuil présidentiel sans l’aval d’aucun parti politique classique de la Cinquième République. L’enfant prodige ne réussit pas à opérer le miracle socio-économique attendu de lui. La déception suscite en octobre 2018 la marée jaune des gilets. Simples travailleurs. Retraités pour la plupart. Leur pension devenue salaire de misère au regard du coût de la vie ne leur permet aucun loisir. Afin que nul n’en ignore, ils fraternisent, les week-ends, sur les carrefours. La loi exige qu’ils dégagent. Bagarres et violences arbitrées brutalement par le Covid-19. Tous confinés. Colère rentrée. C’est alors que des généraux à la retraite déchirent leur pacte de silence. En avril-mai 2021, ces soldats étoilés publient une tribune pour demander le retour de l’honneur et du devoir au sein de la classe politique. Ils stigmatisent le délitement de la société, la haine entre les communautés, le mal-être généralisé, les banlieues où l’on piétine la République, où la drogue circule à ciel ouvert, où éclatent chaque nuit des tirs de mortier. Ils voient la France au bord d’une guerre civile. Le général Richoufftz en appelle, pour 2022, à « un homme providentiel » (sic).
​Profond est le malaise français. Mais ce qui est dramatique et qu’il faut révéler aux Français pour les aider, c’est que Jeune Premier fringant, Gilets Jaunes furieux et Généraux en colère s’obstinent à ne pas avouer que le malaise français a son origine en Françafrique, encore et toujours vache à lait de la France, vache aux mains de bouviers mercenaires qui la traient rageusement pour la France. Le sol et surtout le sous-sol de ses anciennes colonies lui appartiennent sur la base d’« accords secrets », sur la base du Franc des Colonies Françaises d’Afrique (f. CFA) fabriqué à Chamalières, sur la base de son soutien constant aux bouviers mercenaires. Durant des lustres de colonialisme et de néocolonialisme, la France a réduit ses colonies, socles de sa puissance et de sa gloire, elle les a réduites en simili-bantoustans. Il n’est pas étonnant qu’elle sente à présent comme un effet boomerang : elle ne peut pas s’appuyer sur des canards boiteux sans finir par boiter elle-même et menacer de défaillir.
​Ce qui est mensonger et qu’il faut révéler aux Français pour les aider, c’est que les migrants africains ne sont en rien responsables du malaise français, puisqu’ils sont les victimes africaines de la « politique africaine de la France ». Ces pauvres hères qui ne sont pas morts en mer face à l’Italie et qu’on retrouve regroupés dans des ghettos ou errant dans les rues de France sont, en toute vérité, des produits de la France. Les responsables politiques français qui voient dans le renvoi de ces gens malheureux une des solutions au malaise français feignent d’ignorer que la « politique africaine de la France » paupérise ses anciennes colonies et jettent certains jeunes Africains dans des embarcations de perdition.
​ A transformer en pantins ses partenaires africains, à soutenir, pour ses intérêts, les satrapes africains grands pilleurs de l’Afrique, à fausser sans arrêt en sa faveur les termes de l’échange, à se faire en douce complice des refus de l’alternance au pouvoir, à sourire aux miasmes dynastiques ainsi qu’aux dictatures sanguinaires et trentenaires et cinquantenaires, la France sait maintenant que, sur le long terme, elle a perdu et perdra. La France est en manque d’Afrique. Elle est en manque d’une Françafrique de solidarité et de dignité pour chacun des partenaires. La France survivra à côté de l’Afrique si la France respecte l’Afrique et les Africains, et si elle se souvient que la survie de l’Afrique est de toute façon garantie parce qu’elle détient dans son sous-sol les richesses dont le monde a besoin. Richesses qui ne sont pas à piller mais à partager en toute équité pour le progrès de l’homme partout.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

8 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN




Biya et Monsengwo ou l’illusion de l’au-delà ?


24 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Question inépuisable. L’homme angoissé y répond depuis l’apparition des (...)
Lire la suite

Qu’est-ce qu’humaniser le Vodun ?


10 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le vieux médecin dans son cabinet au bord du Rhin voudrait savoir d’où (...)
Lire la suite

Vous avez dit superstition ?


3 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Comme tous les ans depuis quelque temps, les examens de fin d’année (...)
Lire la suite

Pandémique mépris de l’Afrique


1er mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le 27 mars 2020, sur deux chaînes de télévision de grande écoute, Antonio (...)
Lire la suite

Progrès du Nouveau-Départ contre vents et marées


17 avril 2021 par Judicaël ZOHOUN
​ ​Vents et marées illogiquement incarnés par deux anciens Chefs de (...)
Lire la suite

Mission de l’Afrique envers l’Eglise catholique romaine


10 avril 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​ ​Le triduum pascal – c’était la semaine dernière – (...)
Lire la suite

GOLGOTHA SE TROUVE À MISSÉRÉTÉ


11 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
Ce n’est pas un nouveau périple chrétien dans une terre papale d’Italie. (...)
Lire la suite

Oser le silence à la confluence 2020-2021


19 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Impasse sur les bons vœux. Même si l’on pense que (...)
Lire la suite

Démocratie et parrainage politique


12 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Le monarque de droit divin et l’autocrate-dictateur
Lire la suite

George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Née bonniche pour mourir bonniche


13 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Han, Pépé ! Moi je vous demande un peu d’aide (...)
Lire la suite

Confinement et Refondation


9 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Entre 1914 et 1918, puis entre 1939 et 1945, on (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Regarder en face le covid-19


11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas (...)
Lire la suite

A la poursuite d’un disparu Non, Kourouma : Allah s’est auto-obligé…


24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans la lancée de ses œuvres : le soleil des indépendances, en attendant (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite

Le matériau humain africain est-il à refondre ?


23 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’on aura reconnu la préconisation d’Aimé Césaire (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires