mardi, 17 mai 2022 •

243 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Économie verte

13 milliards de FCFA pour une plateforme mondiale de la finance carbone au Bénin




Si le sujet complexe du marché carbone a été au cœur des échanges de la COP26, il est sous-tendu par divers leviers, dont celui du développement de la technologie CCS (carbon capture and storage), qui offre des perspectives prometteuses en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Sur ce terrain, l’Afrique a une carte à jouer, à travers des solutions basées sur la nature.

Fanny REY

C’est une disposition sur laquelle les Etats ont eu bien du mal à s’accorder, mais la mise en œuvre d’un dispositif international d’échange d’unités de réduction des émissions de CO2 a finalement été actée lors de la COP26 de Glasgow. Une avancée cruciale dans la lutte contre le réchauffement climatique, puisque la reconnaissance d’un marché international des « crédits carbone » devraient permettre aux pays de mutualiser les coûts de décarbonation de l’économie.

Le concept de captage-stockage de CO2, qui consiste à capter le CO2 au plus près de sa source de production (ou dans l’atmosphère) et à le stocker dans le sous-sol, s’est également invité dans les débats, cette technologie étant susceptible de décarboner massivement les activités de l’industrie lourde et de contribuer à l’atteinte des objectifs du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui le mentionne dans trois de ses quatre scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale. Son potentiel dans le mix énergétique est également souligné par l’Agence internationale de l’énergie, qui estime qu’il faudra pour atteindre l’objectif d’un réchauffement limité à 2° une contribution du CCS de l’ordre de 14% en 2050. Or seule une trentaine d’installations sont pour l’heure opérationnelles dans le monde, notamment aux Etats-Unis, et l’essentiel des projets se situe en Europe.

Réduire les coûts de captage

Si cette technologie n’est pas nouvelle, les objectifs de réduction des GES nécessitent de passer à l’échelle, ce qui pose la question d’un modèle économique viable, implique de réduire les coûts et d’identifier les écosystèmes les plus aptes à capter et stocker massivement et durablement le CO2. Deux objectifs qui animent la Fondation Earth Love United, fondée en 2020 par l’investisseur béninois Jean Missinhoun. Cette plateforme mondiale pour l’action climatique s’est positionnée sur le double créneau de l’optimisation des puits naturels de carbone et du développement de solutions innovantes de CCS. « Les Africains ont toutes les solutions à portée de main. Ils peuvent apporter leur contribution à la lutte contre le changement climatique », souligne-t-il, convaincu que « 99 % des problèmes peuvent être résolus grâce à la nature ».

Les chercheurs de la Fondation travaillent notamment sur le développement d’un bioréacteur fonctionnant à partir de grands volumes d’algues ou de posidonies – une ferme de bioréacteurs permettant d’absorber 100 000 tonnes de CO2 par an, susceptibles d’être valorisées en biocarburants ou en produits cosmétiques dans un deuxième temps. De quoi offrir une alternative économique aux CCS « classiques », qui utilisent des briques technologiques maîtrisées. « Cette technologie sera appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les scénarios de décarbonation dans lesquels sont engagés les principaux pollueurs », pronostique ainsi Jean Missinhoun.

La mangrove, un puits de carbone exceptionnel

Dans cette dynamique, la Fondation développe dans le sud du Bénin un projet pilote de préservation de la forêt de mangrove sur un site de 652 760 ha. De fait, les mangroves ont une capacité de réserve de carbone parmi les plus élevées au monde (plus de 2 tonnes de CO2 par ha et par an), pouvant en stocker jusqu’à cinq fois plus par unité de surface que les forêts tropicales, grâce à une fonctionnalité spécifique de leur système racinaire leur permettant d’agir comme un puits de carbone pendant un siècle.

Si leur système de séquestration du carbone a prouvé son efficacité, un tiers de la couverture mondiale de mangrove a été détruite ces cinquante dernières années en raison de la surexploitation forestière, de l’érosion des sols et de l’érosion côtière. D’où l’importance de restaurer ces espaces afin d’améliorer leur potentiel de séquestration et d’éviter que le carbone stocké ne retourne dans l’atmosphère. Face à ces constats, l’équipe de recherche « mangrove » de la Fondation concentre ses travaux sur la compréhension des différents modèles de croissance en fonction des espèces et de leur compatibilité, sur la recherche génétique afin d’obtenir d’optimiser la capture et le stockage de carbone et sur la culture d’une espèce créée par altération génétique à cette fin. Objectif : atteindre 250 000 tonnes de séquestration de carbone annuel. Cette approche intègre la culture d’herbiers marins et d’algues pour optimiser les écosystèmes de mangrove.

Une opportunité économique mondiale

Alors que les mangroves couvrent plus de 3,2 millions d’hectares à l’échelle du continent – soit près de 20% de leur surface mondiale –, le potentiel de cette approche est énorme, avec à la clé des réductions d’émissions conséquentes. L’ensemble de ce projet, qui représente un investissement de 200M USD, ouvre des perspectives énormes, en offrant une alternative aux technologies artificielles de CCS, coûteuses et énergivores. A l’échelle mondiale, d’ici 2040, les forêts de mangrove pourraient séquestrer jusqu’à 380 millions de tonnes de CO2, et en tant que telle, leur restauration pourrait rapporter 11,8 Md de dollars d’ici 2040 via la vente de crédits carbone bleu (carbone collecté par les écosystèmes océaniques et côtiers). Le prix de ces crédits, qui inclut notamment la protection contre les tempêtes à la durabilité de la pêche, dépasse la simple valeur du carbone. Autant d’atouts susceptibles de retenir l’attention de fonds climatiques, à l’image du Fonds dédié à la finance verte créé par la Banque africaine de développement dans le sillage de la COP26 afin de drainer des financements privés dans des projets verts à travers le continent.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

2 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN




La noix brute de cajou interdite d’exportation dès 2024


17 mai 2022 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
L’exportation de la noix brute de cajou béninois est interdite à compter (...)
Lire la suite

Interglobe IEG et TURK Ilac s’associent pour investir dans la (...)


13 mai 2022 par La Rédaction
À la suite du 3ème sommet Afrique-Turquie qui s’est tenu à Istanbul en (...)
Lire la suite

La variole du singe (monkeypox) fait des victimes au Nigéria


12 mai 2022 par Akpédjé Ayosso
Le Nigéria, pays voisin à l’est du Bénin est confronté à des cas de (...)
Lire la suite

Une délégation d’Afrik Créances échange avec le 1er ministre du (...)


10 mai 2022 par Akpédjé Ayosso
Le premier ministre du Togo Mme Victoire Tomégah Dogbé a échangé avec une (...)
Lire la suite

Le Bénin reçoit le prix de la meilleure opération financière de l’année (...)


10 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le Bénin reçoit le prix de la meilleure opération financière de l’année (...)
Lire la suite

CCI Bénin et CCI Burkina Faso renforcent les relations entre les 2 (...)


6 mai 2022 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
La Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCI Bénin) et la Chambre (...)
Lire la suite

3,0 % de taux d’inflation en mars 2022 au Bénin


29 avril 2022 par Akpédjé Ayosso
Au Bénin, le niveau général des prix a augmenté de 0,4 % en mars 2022 par (...)
Lire la suite

Djibril Patrick exclu de la commande publique pour 5 ans


29 avril 2022 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
La Personne Responsable des Marchés Publics (PRMP) de l’Agence Nationale (...)
Lire la suite

Le Bénin lève 41 milliards F sur le marché de l’UEMOA


28 avril 2022 par Ignace B. Fanou
L’émission d’Obligations de Relance a été concluante pour le Bénin, ce (...)
Lire la suite

Le Niger s’inspire de la finance inclusive du Bénin


24 avril 2022 par Marc Mensah
La République du Niger s’est imprégnée de l’expérience du Bénin en matière (...)
Lire la suite

« L’Afrique doit se préparer à une crise alimentaire inéluctable » (...)


24 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Washington DC, le 24 avril 2022 – Le président du Groupe de la Banque (...)
Lire la suite

Le monde a besoin de 1300 milliards de dollars d’investissement en (...)


23 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le monde doit trouver 1300 milliards de dollars d’investissements (...)
Lire la suite

ECOBANK Bénin et AGF en partenariat pour financer les PME/PMI


21 avril 2022 par Akpédjé Ayosso
La filiale béninoise du Groupe Ecobank a signé, ce mercredi 20 avril (...)
Lire la suite

Mélanges De Bitcoins Et Anonymat - Ce Que Vous Devez Savoir


17 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Les mélangeurs de Bitcoins sont des outils spécialisés permettant de (...)
Lire la suite

La tontine ‘’Adogbè’’ formalisée à La Poste du Bénin


15 avril 2022 par Marc Mensah
Interdite aux structures sans agrément, l’épargne assortie d’aliments, (...)
Lire la suite

L’agence Fitch confirme la perspective de notation du Bénin à (...)


12 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
L’agence de notation financière internationale Fitch a confirmé la (...)
Lire la suite

Les structures de microfinance et de collecte autorisées au (...)


12 avril 2022 par Marc Mensah
Le Ministère de l’Économie et des Finances à travers l’Agence Nationale de (...)
Lire la suite

La CCI BENIN aguerrit les jeunes à une meilleure orientation (...)


8 avril 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Amener les jeunes apprenants à mieux faire le choix de leur filière (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires