mardi, 3 août 2021 •

428 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Née bonniche pour mourir bonniche




(Par Roger Gbégnonvi)

​Han, Pépé ! Moi je vous demande un peu d’aide seulement, et vous dites, comme ça, que vous n’êtes pas content que je sois bonniche. Mais je suis née comme ça, Pépé. Ma mère. Vous ne la connaissez pas. Elle est bonniche. Je suis née bonniche. Je finirai bonniche. Nous étions six enfants avec ma mère. Aucun des papas ne passait. Nous n’avons donc pas de papa. Moi j’ai grandi un peu, et ma mère m’a donnée à une maman dans notre ville. Une maman riche, avec vélomoteur. Celui de son mari, on dirait un cheval. Et ils ont des enfants.
​Et j’ai commencé le travail de ma mère. Laver. Nettoyer. Etre insultée. Frotter. Etre bousculée. Aller au marché. Balayer. Recommencer. Je dors à la cuisine. Je mange tout ce que mes gens oublient dans leurs assiettes. Chez ma mère, on avait trop faim. Dans la cuisine de mes gens, je mange tout le temps. Et j’ai grandi plus. J’ai grandi beaucoup. Le monsieur de madame me lance de bons regards quand il me croise. Ses yeux me touchent. Et il commence à me rendre visite à la cuisine. La nuit. Vite, vite. Sa madame a su. Elle dit : « C’est rien, c’est bien, c’est les choses de la vie, une bonniche doit être bonne à tout faire pour soulager sa patronne. » Elle dit aussi qu’ils vont à l’église où le prêtre n’aime pas les hommes avec plusieurs femmes, les imams à la mosquée les aiment, mais pas les prêtres à l’église, et elle non plus à la maison, mais son mari pourrait faire du désordre dehors, alors elle préfère son désordre à la maison, à la cuisine, pour contrôler. Et j’ai ajouté à mon travail de bonniche le désordre de monsieur pour décharger un peu sa madame. Et maintenant je vais dire tout : leur garçon commence aussi à faire du désordre avec moi. Oui, quand le papa a voyagé. Lui aussi. Vite, vite. Han Pépé, une bonniche doit accepter tout, supporter tout.
​Un jour, deux mois déjà, je n’ai pas eu à laver mon linge de femme. Et j’ai compris. Ma mère surveillait le linge de femme de ses quatre filles quand on devient femme, et elle disait : « Attention avec les hommes, quand le ventre vient, ils vous abandonnent. » J’avais le ventre. Je le dis à ma patronne. Elle hurle que j’ai fait du désordre en ville. « Mais ce qui est secret entre toi et moi reste secret, et tu gardes le ventre. Pour éviter l’enfer après la mort, le prêtre à l’église ne veut pas qu’on enlève les bébés du ventre des femmes. » Moi je n’ai pas fait du désordre en ville. C’est avec son monsieur et son fils à la cuisine. Le ventre a grandi. L’enfant est arrivé. Mes gens l’ont appelé Michel, comme l’ange au ciel avec l’épée, et il envoie les sorciers en enfer. Deux ans après, ils ont gardé Michou avec eux pour moi et m’ont donnée à la vieille veuve pour qui je fais bonniche maintenant dans votre ville.
​A mon arrivée ici, j’ai trouvé aussitôt un homme qui m’a dit tout. Il a quatre enfants de trois femmes parties avec les enfants. Voilà ! Pas un oiseau dans sa cage. Et il m’a dit des choses bonnes, a eu pitié de moi, m’a prise dans sa case. Et puis, vite, vite, une fille, un garçon. Il travaille beaucoup. Taxi-moto matin, essence vendue après-midi. Mais voilà, Corona, confinement, et tout est gâté. Et nous n’avons plus que mes 5.000 f de bonniche. Et on est fatigués de bouffer de la farine de manioc trempée. Mon petit garçon ne comprend pas, il passe le temps à pleurer. Moi-même, je n’ai plus lavé mon linge de femme depuis trois mois, donc ça y est encore. Han Pépé, c’est la vie de la femme. Oui, Pépé, la vie de la femme.
C’est pourquoi je suis venu vous voir, Pépé. Nos ancêtres ont dit que « le ver à soie trouve à bouffer sur les feuille des arbres ». Ô Pépé, vous êtes la feuille. Je suis le ver. Aidez-moi. Ne m’abandonnez pas. Non, jamais ! La tête de mes enfants va augmenter votre argent. Dieu vous bénira beaucoup. Ici-bas vous serez déjà au paradis. Chaque fois, quand je vous vois passer, je sens que vous êtes un homme de bien. Ô Pépé, ne me reprochez pas ma vie de bonniche, venez à mon secours. Faites un geste pour la bonniche et les siens. Ô Pépé !

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

13 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN




Rosine forever


2 août 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Car Mme Rosine Vieyra Soglo n’a pas traversé le ciel béninois à l’instar (...)
Lire la suite

Biya et Monsengwo ou l’illusion de l’au-delà ?


24 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Question inépuisable. L’homme angoissé y répond depuis l’apparition des (...)
Lire la suite

Qu’est-ce qu’humaniser le Vodun ?


10 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le vieux médecin dans son cabinet au bord du Rhin voudrait savoir d’où (...)
Lire la suite

Allah-Dieu et l’initiative de l’homme


15 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​La croissance démographique et la piété agissante des fidèles d’Allah et (...)
Lire la suite

Conseils à la France pour sa survie


8 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Trois événements récents et successifs révèlent le malaise français. Un (...)
Lire la suite

Pandémique mépris de l’Afrique


1er mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le 27 mars 2020, sur deux chaînes de télévision de grande écoute, Antonio (...)
Lire la suite

Et si l’argent tuait vaccins anti Covid-19 et humanisme ?


27 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Dès le début de la pandémie, avant même que l’OMS ne la baptise Covid-19, (...)
Lire la suite

Abondance du vide et du mensonge au Bénin


20 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Elle a 25 ans. Jolie sans être maquillée. (...)
Lire la suite

GOLGOTHA SE TROUVE À MISSÉRÉTÉ


11 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
Ce n’est pas un nouveau périple chrétien dans une terre papale d’Italie. (...)
Lire la suite

Pour un Bénin au destin national


25 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Pour se révéler nation, des peuples dispersés, (...)
Lire la suite

Soixante ans d’indépendance sous le signe du respect


18 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il est au Bénin des survivants dahoméens (...)
Lire la suite

George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Le développement multi qualifié entre discours, applications et quêtes : (...)


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les théories et discours sur le développement s’enchainent, (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Regarder en face le covid-19


11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas (...)
Lire la suite

L’informel dans le Baol ou l’outil de propulsion le plus partagé (...)


19 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
C’est souvent par un parcours de titan déterminé par la conjoncture d’une (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires