dimanche, 3 juillet 2022 •

471 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Gestion des équipes nationales masculines de football

Un mandat mitigé pour la FBF et son président




Le compte à rebours a commencé. Le mandat de Mathurin de Chacus arrive à échéance cette année 2022. Elue avec brio (73% des suffrages exprimés) le 25 août 2018, la liste de Mathurin de Chacus, magnat du bitume, a été portée à la tête de la Fédération Béninoise de Football (FBF) pour un mandat de quatre ans. La gestion des équipes nationales masculines par l’instance faîtière du football national n’a pas été chose aisée. Malgré quelques éclaircis, toutes les attentes n’ont pas été comblées. C’est à l’aune des résultats qu’on pourra apprécier à juste titre les actions de la FBF.

Equipe nationale A Des statistiques qui parlent !
A la date du 20 décembre 2018, c’est-à-dire environ 4 mois après la prise en main de la gestion du football béninois par la liste de Chacus, le Bénin occupait la 94ème place au classement FIFA (masculin) avec 1257 points. Au 10 février 2022, le Bénin est monté à la 83ème place et la 17ème position au plan africain. Un bond de 9 rangs au plan mondial à mettre à l’actif des quatre années de gestion de la FBF. Ces statistiques demeurent des paramètres incontestables dans l’évolution de l’équipe nationale A.
Toutefois, la période qui a suivi l’exploit de la CAN Egypte 2019 est moins reluisante. A compter du 13 novembre 2019, en prenant en compte 14 matchs officiels dont 12 pour les qualificatifs de la CAN et de la Coupe du Monde et 2 pour les maths amicaux des journées FIFA, les données parlent d’elles-mêmes. Ainsi, en 14 rencontres disputées, le Bénin s’en est sorti avec 6 victoires 5 défaites et 3 nuls.

Nombre de matchs Victoires Défaites Nuls Buts Marqués Buts Concédés
Matchs qualificatifs CAN 2021=6 2 3 1 3 4
Matchs qualificatifs CM 2022=6 3 2 1 5 4
Matchs amicaux (FIFA)=2 1 0 1 4 2
Totaux= 14 6 5 3 12 10
Ratios 42,85 % 35,71% 21,42% 0, 85 but/Match 0,71 but/Match

Tableau des matchs de l’équipe nationale du Bénin depuis le 13 novembre 2019

De l’exploit au désarroi !
Après 9 longues années de traversée du désert et de disette, l’équipe nationale A se retrouve dans l’élite du cuir rond continental. La CAN Egypte 2019 restera dans les annales du football béninois comme celle qui a vu les Ecureuils du Bénin atteindre pour une première fois les quarts de finale de la compétition. Un exploit retentissant d’autant plus que les petits rongeurs s’offrent le scalp des Lions de l’Atlas en huitième de finale.
Cependant, deux ans plus tard, le Bénin échouera doublement, créant un total désarroi au sein des aficionados, qui lui faisaient désormais confiance. A trois reprises, les poulains de Michel Dusssuyer ont manqué de faire le match nul salvateur. A revoir le film des qualificatifs de la CAN et de la Coupe du monde, les Ecureuils étaient à chaque fois à un cheveu de se qualifier. Pour une équipe nationale en pleine ascension, l’absence à la CAN Cameroun 2021 et l’élimination avant les ultimes matchs de barrage pour la Coupe du Monde Qatar 2022 ont créé un profond sentiment de désarroi et un arrière-goût d’inachevé. Conséquence : le sélectionneur national est plus que jamais sur un siège injectable.

Zoom sur trois grandes décisions : La DTN, un nouvel sélectionneur et un nouveau nom
Réuni le 1er mars 2022, le Comité exécutif de FBF a sorti trois grandes décisions qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive.
Enfin une Direction Technique National à la place d’un super directeur ?
La Direction Technique Nationale constituait un os au travers de la gorge de la FBF. Cet organe essentiel a été longtemps absent de la charpente sportive. Déjà, en 2020, pour entrer en conformité avec les exigences de la FIFA, la FBF a fini par se doter d’un DTN. Ainsi, c’est à travers la correspondance N°/Réf/160/2020/FBF/PDT/SG/SA du 12 mai 2020 que l’instance dirigeante du football béninois avait annoncé qu’Adolphe Ogouyon est nommé DTN par intérim. Mais en réalité, ce n’était que du cautère sur une jambe de bois. La solution est loin d’être trouvée. Ce n’était que là, un arrangement trouvé pour des raisons de commodité.
Au préalable, l’appel à candidature n’avait pas pour but d’installer un super homme comme DTN, mais une Direction Technique Nationale. « L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions », disait Barack Obama.
Dans le cas d’espèce, une direction composée de plusieurs postes auxquels des tâches spécifiques seront affectées serait plus apte à relever les nombreux défis du football béninois qu’une seule personne aussi fort fût-il.
La DTN a pour mission de développer la pratique sportive pour l’ensemble du football, avec pour champs d’actions la formation de joueurs, la formation de cadres et la pratique sportive en elle-même. Elle veille à la mise en œuvre au sein de la fédération des orientations du ministère chargé des sports. Pour qu’elle puisse remplir ce cahier de charges dans les conditions requises, on doit lui affecter tout au moins trois sous-directions pour mieux intégrer les exigences pratiques tant dans l’administration que dans l’animation.
Le Directeur Technique National doit alors chapeauter la Direction de la détection et de la formation du joueur d’élite ; la Direction de la formation et du suivi des entraîneurs et la Direction des cadres techniques et de développement des pratiques. A présent, il ne reste qu’à espérer que de bons choix soient effectués. Autrement, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Un sélectionneur national remercié, un aveu d’impuissance ?
Le technicien français Michel Dussuyer, est devenu le sélectionneur de l’équipe première en juin 2018, seulement quelques mois avant le début du mandat actuel de la FBF. Il y restera jusqu’en 2022. Son deuxième passage à la tête des Ecureuils (après celui de 2008-2010) coïncide avec le mandat de 4 ans de Mathurin de Chacus. Si les belles performances du sélectionneur sont dans une certaine mesure imputables à la FBF, il en est de même pour les contre-performances.
La FBF reconnaîtrait-elle son impuissance en congédiant celui qui aura pourtant battu un record historique pour la sélection nationale ? Ou est-il simplement question de convenance ?
Arrivé en fin de contrat avec la FBF, l’ex sélectionneur de la Côte d’Ivoire et de la Guinée-Conakry semble payer cash l’absence à la CAN Cameroun 2021. Son bail ne sera pas renouvelé au regard des derniers développements.
De toute évidence, les discussions pour le recrutement et le contrat d’un nouveau sélectionneur des Ecureuils sont d’actualité. Pour le moment, les supputations vont bon train et plusieurs noms circulent sur les lèvres. Et comme la FBF jetterait son dévolu sur la recherche d’un entraîneur « Haut de gamme », on évoque des noms comme Raymond Domenech, François Zahoui, Corentin Martin ou encore Alain Giresse et autres. Cependant, il importe de notifier que de talentueux entraîneurs nationaux, moins budgétivores et plus efficaces du fait de leur connaissance des réalités du terrain, pourraient faire le bonheur du football béninois comme ce fut le cas pour les deux derniers vainqueurs de la CAN. Jamel Belmadi avec l’Algérie et Aliou Cissé avec le Sénégal.
Toutefois, une interrogation légitime subsiste. Quelle est l’utilité de changer de sélectionneur en fin de mandat ? Et si la troupe à de Chacus n’était pas réélue à la tête de la FBF ?
Pour le moment, c’est l’entraîneur Moussa Latoundji, qui va assumer l’intérim pour les trois rencontres amicales des journées FIFA programmées en Turquie, où les Ecureuils auront pour adversaires : le Libéria, le Soudan et le Togo. Son mandat sera-t-il prolongé s’il faisait de bons résultats ?

Un nouveau nom pour gagner la Coupe du Monde ?
Il n’est pas rare d’entendre une certaine frange du public sportif fustiger le surnom des « Ecureuils » quand les joueurs font piètre figure. « Dès que c’est la défaite, ils attribuent les causes à la bestiole… » : ainsi s’est exprimé le Professeur Emile-Jules Abalot. Toujours dans son développement du thème, il a expliqué que l’écureuil a une rationalité exigée au sport pour qu’on s’approprie de ses qualités intrinsèques : agilité, rapidité et sagacité. Le champ d’opération semble bien ailleurs. Seul un travail bien peut bien payer. « Où sont les catégories d’âge depuis les pupilles, les poussins […] ? », s’interroge-t-il à juste titre. On devrait repenser le football au Bénin et se mettre résolument au travail surtout au niveau des plus jeunes pour espérer de bons rendements plus tard. Dès que nous allons tronquer le nom « Ecureuil » par « Ratel » ou « Guépard », des animaux réputés plus féroces, est-ce suffisant pour aller décrocher une Coupe du Monde ? Les Bleus, la Selaçao (sélection) ou la Squadra Azzurra n’ont rien de féroce ni de terrifiant dans leur dénomination, mais sont pourtant les meilleures équipes du monde. Cela ne friserait-il une diversion ? En tout cas, il semble bien qu’il y a mieux à faire.

Equipe nationale A’ (Les locaux)
Au niveau de l’équipe nationale A’ constituée des meilleurs joueurs évoluant uniquement dans le championnat national, au niveau des différents clubs de l’élite, la Ligue Pro du Bénin. Ainsi donc, cette équipe se présente comme le baromètre de mesure du réel niveau du championnat national. En référence à ses récentes performances, on se rend compte qu’elle a du plomb dans les ailes.

Une équipe peu compétitive, des stages insuffisants
La formation nationale qui évolue sous la férule de l’ex-milieu de terrain et entraîneur Moussa Latoundji est très peu compétitive. On en veut pour preuve l’élimination par le Togo (zone ouest B) dans le cadre des qualificatifs du CHAN (Championnat d’Afrique des Nations) Cameroun 2020. Dans les matchs amicaux, le 11 local va se venger des Eperviers en les balayant (2#0) au stade Kégué de Lomé le 19 août 2021, avant d’être dominé par leur homologue algérien (3#1) le 9 octobre 2021 à Oran.
En effet, l’équipe nationale A’ manque de temps de jeu. Les convocations pour les stages ne se font qu’à la veille des grands rendez-vous. Comme ça été le cas avec la convocation de 24 joueurs du 7 février au 14 février 2022 pour préparer les qualificatifs du CHAN Algérie 2022. Les sept jours de stage paraissent insuffisants pour huiler les automatismes entre des joueurs venus de 14 différents clubs ! Les sélections locales qui performent dans ce registre, sont souvent l’émanation de deux ou trois clubs au plus, qui en forment l’ossature. Alors, comme ce n’est pas le cas au Bénin, on devrait penser à multiplier les stages.

Les U20 et les U17
Ces deux catégories d’âge relèvent d’un paradoxe dans le football béninois. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les juniors et les cadets seraient moins pris en compte que leurs aînés. En effet, ils ne bénéficieraient pas systématiquement des mêmes privilèges que les seniors. Si au demeurant, l’on s’accorde tous sur le fait que la jeunesse est indispensable pour une bonne relève, pourquoi la relègue-t-on au second rang ?
Des catégories marginalisées ?
Il est toutefois opportun de s’offusquer de la façon dont on organise la relève sportive et en particulier celle du cuir rond au Bénin. En ce qui concerne les équipes de catégories inférieures, le traitement à eux réservé n’est pas toujours approprié. Dans le cadre des rencontres, les primes paraissent dérisoires et les hébergements ne sont pas toujours du standing requis. Aussi, avec l’inexistence de championnats sur le plan national dans ses catégories (Il existe cependant un championnat des centres de formation), il n’est pas toujours aisé de trouver un vivier potentiellement aguerri pour fournir des joueurs de qualités dans ces catégories. Cette carence avérée d’un effectif de qualité engendre la tricherie.

De la question de la tricherie dans les catégories U20 et U17
Pour mémoire, le 02 septembre 2018, l’équipe nationale U17 présente à Niamey pour prendre part au tournoi qualificatif UFOA-B (Union des Fédérations Ouest-Africaines, zone B) de la CAN Tanzanie 2019, a été déclarée inéligible après un contrôle par IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique). Et pour cause, 10 des 18 joueurs auraient un âge supérieur à la catégorie. Il est apparu clairement que le Bénin a triché sur l’âge des joueurs. L’équipe U17 a été alors disqualifiée sans autre forme de procès.
Quand on remonte un peu plus loin, les sélections U-17 et U-20 furent disqualifiées et interdites de participer à tous matchs officiels sur la période allant de septembre 2014 à septembre 2016. La CAF ne lèvera la sanction qu’en janvier 2016. Nonobstant, les catégories d’âge ont pâti de cette absence de compétition. Les autorités qui ont pris en charge le football national en août 2018 ne semblent pas avoir tiré leçon de cet agissement ignoble et avilissant pour notre sport.

Aucune participation aux CAN U-20 et U-17
Pour la CAN U20 Mauritanie 2021, l’Equipe nationale junior n’y prendra par part. Le Bénin pourtant pays hôte des matchs du tournoi de qualification de la zone UFOA-B, n’a pu franchir les phases de groupe et a été ainsi éliminé.
Plus déplorable encore a été le cas des Ecureuils U17. Malgré la disqualification du pays hôte le Togo, les Ecureuils cadets n’auront pas réussi à passer la phase de groupes du tournoi de l’UFOA-B, qui s’est déroulé à Lomé. Les poulains d’Urbain Honfo se sont inclinés trois fois en autant de sorties, hypothéquant ainsi leur chance pour la participation à la CAN Maroc 2021.
Cette double élimination dans ces deux catégories témoigne de l’impréparation et de l’improvisation qui sont les maîtres-mots de la pratique du football à ce niveau.

Ubrick François QUENUM

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

29 avril 2022 par Ignace B. Fanou




La CAN 2023 reportée à janvier 2024


3 juillet 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou, Ignace B. Fanou
Les amoureux du cuir rond devront patienter encore environ 06 mois (...)
Lire la suite

Isabelle Yacoubou fait le récit de son parcours en France


3 juillet 2022 par Akpédjé Ayosso
Isabelle Yacoubou est une basketteuse béninoise qui évolue au club de (...)
Lire la suite

Clément Loko remporte une nouvelle victoire


2 juillet 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Dans le cadre de son maintien au classement Wbc francophone de boxe, (...)
Lire la suite

Coton FC reçoit le trophée de champion du Bénin ce vendredi


1er juillet 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Coton FC, champion de la league professionnelle de la saison sportive (...)
Lire la suite

Le championnat national scolaire démarre le 2 juillet


30 juin 2022 par Marc Mensah
La phase communale du Championnat national scolaire se déroulera du (...)
Lire la suite

Les Ecureuils au Maroc pour le Tournoi international


27 juin 2022 par Marc Mensah
Les Ecureuils handballeurs participent au Tournoi international de (...)
Lire la suite

Le Bénin perd 07 places au classement FIFA


23 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
La Fédération internationale de football (FIFA) a publié le classement au (...)
Lire la suite

Sessi d’Almeida quitte Valenciennes pour Pau FC


21 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
L’international béninois, Sessi d’Almeida, a quitté Valenciennes. Il a (...)
Lire la suite

Les Ecureuils rentrent au bercail par voie terrestre


20 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Eliminés du tournoi UFOA B des moins de 17 ans, les Ecureuils du Bénin (...)
Lire la suite

Le Bénin affronte le Niger cet après midi-midi


18 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les Écureuils cadets jouent leur 3ème match du tournoi UFOA B 17, ce (...)
Lire la suite

« Django Rally » rallie Lomé via Cotonou le 25 juin


16 juin 2022 par Marc Mensah
« Django Rally » première édition, la parade sportive de véhicules de luxe (...)
Lire la suite

Le Bénin s’incline devant le Burkina Faso 2-1


15 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Après leur victoire face à la Côte d’Ivoire (3-2), les Écureuils du Bénin (...)
Lire la suite

Les Ecureuils domptent les Eléphanteaux de la Côte d’Ivoire


13 juin 2022 par Marc Mensah
Les champions en titre, les Eléphanteaux de la Côte d’Ivoire ont été (...)
Lire la suite

L’UNFPB appelle aux états généraux du football béninois


10 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
L’organisation des états généraux du football s’impose au Bénin. A travers (...)
Lire la suite

Jodel Dossou explique les raisons de son acte


10 juin 2022 par Marc Mensah
L’international béninois Jodel Dossou a réagi, ce vendredi 10 juin 2022, (...)
Lire la suite

« On était dans le jeu mais, on a dormi un peu ›› (M. Latoundji)


9 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
L’entraîneur des Ecureuils du Bénin, Moussa Latoundji, a animé la (...)
Lire la suite

Les Écureuils battus à domicile par les Mambas


9 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les Écureuils du Bénin ont enregistré une seconde défaite dans le cadre (...)
Lire la suite

Adebayor à Cotonou pour soutenir les Ecureuils


8 juin 2022 par F. Aubin Ahéhéhinnou
L’ancien capitaine des Eperviers du Togo, Emmanuel Adebayor sera au (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires