dimanche, 1er août 2021 •

180 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Ce qu’il faut dire aux jeunes Béninois




(Par Roger Gbégnonvi)

​Jeunes Béninois à qui leurs vieux parents encore vivants donnent environ 50 ans d’âge. Ils n’ont donc pas été dahoméens et ne savent pas que ladite indépendance a été concoctée par nos maîtres pour que reste figé le temps colonial. Ils ne savent pas qu’en 1963 la plupart des Dahoméens murmuraient que « si c’est ça l’indépendance, les Blancs n’ont qu’à revenir ». Car la seule chose qui croissait et tendait vers la misère, c’était la pauvreté, sur fond de clameur bisannuelle de coup d’Etat militaire. Celui du 26 octobre 1972 a cru devoir éructer révolution avec ambition de guérir le Dahomey d’être « l’enfant malade de l’Afrique ». Certains des enfants, qui ont cinquante en 2020, venaient de naître et ont pu apercevoir nombre de lettrés dahoméens s’enfuir à Lomé, Abidjan, Libreville, etc., pour se mettre à l’abri de la révolution qui, parée du marxisme-léninisme, « faisait rage » et rugissait que « nous marcherons sur les cadavres ! » En 17 ans de criailleries et d’arbitraire massif, après avoir introduit la corruption dans tout le corps social, la révolution marxiste-léniniste a sombré dans les eaux crasses de la misère étale et de la pénurie généralisée. Alor apparut, en 1990, le Renouveau démocratique pour réanimer le Bénin à l’agonie. Nos enfants, qui ont 50 ans en 2020, venaient d’en avoir 30. Certains parents, qui avaient fui le malheur de l’Etat totalitaire, revinrent au bercail dans l’espoir de bâtir un certain bonheur à l’ombre de l’Etat libéral. Hélas ! Leur fit face derechef le crasseux système des choses. Dès 1996, « l’enfant malade de l’Afrique » l’était redevenu en pire parce que le Renouveau démocratique s’était lié d’amitié avec « l’immoralité politique » (sic) et, au fond de la fange, les acteurs politicards anti-patrie s’activaient en hurlant des hurlements du genre : « Tout le monde a pris l’argent, moi aussi ! » Et l’on n’a même pas fait le travail pour lequel on s’est fait acheter comme du bétail malgré le salaire garanti, les indemnités et les primes assurées. Les pieds dans la gadoue, le Renouveau démocratique imposait aux citoyens la traitrise et le mensonge dans une nuit de plus en plus épaisse, et nous savions que notre destin n’était pas loin de celui de Sisyphe, et que, de toute façon, nous tomberions toujours de Charybde en Scylla.
​Nous, ce sont les vieux parents âgés de 70 ans et plus en 2020. Notre histoire de 1960 à 2016 est une histoire d’errance, de honte bue jusqu’à la lie, une histoire de désespérance. Une histoire qui a fait de nous des révoltés en permanence qui pariaient constamment sur le noir, surs l’idée que le Bénin est voué à ‘‘ça’’ et qu’il ne faut plus jamais nous raconter des balivernes du genre « tu verras, ça finira par s’arranger ! » Nous étions donc « au plus bas de la fosse » (Césaire) lorsque, en 2016, de façon inattendue, de façon improbable, à l’horizon apparut soudain comme une promesse d’aube, comme des prémices d’aurore, aperçues dans notre nuit depuis longtemps de suie. Et nous n’en croyions pas nos yeux. Oui, il y a quelque chose de grandiose et de sublime á redonner confiance à un homme, á un peuple, qui l’avait perdue, définitivement perdue. Le voici émerveillé de ce qu’on vient de le convaincre qu’il n’est pas le vaurien qu’on l’avait convaincu qu’il était. Il est enthousiaste.
​Et nos enfants, qui ont 50 ans en 2020, s’étonnent de notre enthousiasme de fin de vie. Ils ne savent pas que nous venons de très loin, de beaucoup plus loin qu’eux, et que si nous sommes indiciblement heureux, c’est de savoir que le tombeau s’ouvrira sur nous comme sur des citoyens apaisés au sujet du sort de notre cité commune. Puissent nos enfants comprendre notre joie de pouvoir enfin proclamer avec Aimé Césaire que « il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant que le soleil tourne autour de notre terre éclairant la parcelle qu’a fixée notre volonté seule et que toute étoile chute de ciel en terre à notre commandement sans limite ». Ô Bénin ! Ô mon âme !

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

14 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN




POUR UN AUTRE REGARD SUR L’AFRIQUE ! RESPECT, PRAGMATISME, CONFIANCE (...)


5 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
Nos partenaires, nos amis, nos sœurs et frères d’Afrique en ont assez… (...)
Lire la suite

Nouveau Départ et syndrome de Judas


29 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​« Mais Jésus dit à Judas : ‘’Ami, fais ta besogne’’ » (Math. 26/50). On (...)
Lire la suite

Le Bénin ne vit pas sous une dictature


28 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
Un texte bien inspirant avait récemment circulé, sur les réseaux sociaux (...)
Lire la suite

Démocratie et honnêteté politique au Bénin


27 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le bilan matériel du Bénin transfiguré en cinq ans de labeur porte en (...)
Lire la suite

Dieu incarné en débat à Parakou


20 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Récemment, sur Golfe TV Africa, relayé par les réseaux sociaux, (...)
Lire la suite

Mes prédictions IdO pour 2021 : une technologie plus intelligente (...)


17 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez les tendances de l’IdO que nous verrons le plus en 2021. Parmi (...)
Lire la suite

Plus forts ensembles : Pourquoi Ecobank dit Non aux maladies (...)


3 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Notre continent est confronté à de nombreux problèmes de santé publique. (...)
Lire la suite

Dieu et le Covid-19


30 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Lorsque nous ne sommes pas en soin intensif pour avoir été testé positif (...)
Lire la suite

Le défi mondial de la régulation du Web


28 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les questions de la liberté d’expression sur Internet et de la (...)
Lire la suite

Pourquoi le PAG doit enterrer ‘‘Yovo, cadeau’’


9 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Une comptine qui date d’au moins cent ans, puisque les Béninois qui, en (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


3 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas dit la vérité Le titre (...)
Lire la suite

LE PARRAINAGE OU LA DERNIÈRE MARCHE DES RÉFORMES POLITIQUES


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Depuis quelques semaines, le débat politique au Bénin est polarisé (...)
Lire la suite

Comment nous avons tout perdu en 2020


12 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les curieux événements qui font le sujet de (...)
Lire la suite

Obama et Trump et l’empathie en politique


5 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Certains politologues rendent le Covid-19 (...)
Lire la suite

Félix Iroko historien sans désemparer


28 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) A quelques heures d’intervalle, avec un an de (...)
Lire la suite

Ambitions de la nouvelle Charte des partis politiques du (...)


31 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Depuis quelque temps, il n’est clameur et fureur (...)
Lire la suite

Evolution de l’Etat au Bénin


24 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans son interview à Jeune Afrique (N° 3093, (...)
Lire la suite

Chemins et textes pour la victoire


17 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires