dimanche, 1er août 2021 •

193 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Mission de l’Afrique envers l’Eglise catholique romaine




(Par Roger Gbégnonvi)

​Le triduum pascal – c’était la semaine dernière – offre aux chrétiens de commémorer trois mystères de la foi : l’institution de l’Eucharistie, la mort de Christ, et sa résurrection triomphale qui a inauguré la rédemption. Mais il se trouve que le 4 avril dernier, comme il est de règle, à l’instant où les fidèles proclamaient « Alléluia, Christ est ressuscité ! », Christ était montré aux catholiques, mort, écartelé sur la croix. Cette exposition patibulaire permanente fait partie de l’ADN de l’Eglise catholique romaine. Alentour ou à l’intérieur de ses églises, la tragédie se renforce parfois de La Pietà, « la majestueuse reine des douleurs [qui] tient sur ses genoux le corps de son enfant mort ». Et chaque vendredi, l’exercice du chemin de croix renvoie le pénitent plutôt à la mort de Christ qu’à sa résurrection. Il aura fallu Jean-Paul II pour ajouter la station évoquant la résurrection, sans le chant de l’alléluia.
​Le chemin de croix s’autorise des évangiles. La Pietà, imaginée par la piété populaire, est sculptée pour la première fois par Michel-Ange en 1499. Adossées donc à Christ mort sur la croix, la théologie et la doctrine catholiques ne sont pas marquées au sceau d’une vie exubérante, mais d’une mort rampante, comme si l’on tournait sans arrêt les pages du livre « La Terreur et la Pitié », avec de furtifs passages d’espoir très vite effacés. Alors que c’aurait pu et dû être tout le contraire, une théologie et une doctrine comme si l’on chantait un hymne incessant à la joie. Hymne se justifiant de Paul (1 Cor 15/17) : « Et si Christ n’est pas ressuscité, vaine est notre foi. » Hymne se justifiant de Luc (24/5) : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? » Or, emmenés par la théologie et la doctrine catholiques, les chrétiens catholiques cherchent encore et toujours « le Vivant parmi les morts ». A chaque messe, ils contemplent Christ mort. Le vendredi saint, une fois l’an, ils vénèrent intensément le saint cadavre. Tant et si bien que Blaise Pascal, janséniste, a pu écrire, en accord avec sa foi catholique romaine : « Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde. » (cf. Le Mystère de Jésus). Négation de la résurrection. Pérennisation du chemin de croix et de La Pietà.
​Et c’est ici et maintenant le cœur de la mission de l’Afrique envers l’Eglise catholique romaine. Si l’on prend le cas du Dahomey-Bénin, et que l’on fait remonter les premiers instants de son catholicisme romain à l’arrivée du père Francesco Borghero à Ouidah le 18 avril 1861, on peut considérer que 160 ans ont rendu adultes les nouveau-venus béninois au catholicisme romain. Au début, ils ont reçu le message évangélique tel que transmis par les vaillants missionnaires. Mais à présent, par eux-mêmes et grâce à leurs fréquentations diverses et variées, œcuméniques et intellectuelles, ils savent, comme dirait le père Teilhard de Chardin, que « nous sommes, nous disciples du Christ, les plus fortunés des Hommes » (cf. Le Milieu Divin). Et non les plus tristes. Et non les plus pleurnichards. Et non les plus revanchards. Le temps n’est donc pas au folklore du noircissement ou du bronzage des icônes dans les églises catholiques romaines pour « faire africain » et universel – voire –, le temps est venu pour les catholiques romains d’Afrique de ramener tous les catholiques romains au dynamisme christique, loin infiniment du ranci, de la peur et de la violence, qui sont le socle des religions. Or donc, Christ ne s’est pas arrêté le vendredi de sa mort, Christ a continué le dimanche de sa résurrection, et n’est jamais retourné voir ce que sont devenus sa croix et son tombeau tant aimés des chrétiens. Christ avance, par monts et par vaux, avec tous hommes et femmes. Christ n’est pas preneur des soupirs sempiternels du chemin de croix. Christ est aurore, élan vers la vie et le bonheur « en croissance sur toutes pistes de ce monde », dirait Saint-John Perse. Christ est vivant. Alors, fidélité joyeuse à Lui qui répète sans cesse (Jn 10/10) : « Moi, je suis venu pour qu’on ait la vie et qu’on l’ait surabondante. »

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

10 avril 2021 par Judicaël ZOHOUN




Biya et Monsengwo ou l’illusion de l’au-delà ?


24 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Question inépuisable. L’homme angoissé y répond depuis l’apparition des (...)
Lire la suite

Qu’est-ce qu’humaniser le Vodun ?


10 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le vieux médecin dans son cabinet au bord du Rhin voudrait savoir d’où (...)
Lire la suite

Vous avez dit superstition ?


3 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Comme tous les ans depuis quelque temps, les examens de fin d’année (...)
Lire la suite

Conseils à la France pour sa survie


8 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Trois événements récents et successifs révèlent le malaise français. Un (...)
Lire la suite

Pandémique mépris de l’Afrique


1er mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le 27 mars 2020, sur deux chaînes de télévision de grande écoute, Antonio (...)
Lire la suite

Progrès du Nouveau-Départ contre vents et marées


17 avril 2021 par Judicaël ZOHOUN
​ ​Vents et marées illogiquement incarnés par deux anciens Chefs de (...)
Lire la suite

GOLGOTHA SE TROUVE À MISSÉRÉTÉ


11 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
Ce n’est pas un nouveau périple chrétien dans une terre papale d’Italie. (...)
Lire la suite

Oser le silence à la confluence 2020-2021


19 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Impasse sur les bons vœux. Même si l’on pense que (...)
Lire la suite

Démocratie et parrainage politique


12 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Le monarque de droit divin et l’autocrate-dictateur
Lire la suite

George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Née bonniche pour mourir bonniche


13 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Han, Pépé ! Moi je vous demande un peu d’aide (...)
Lire la suite

Confinement et Refondation


9 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Entre 1914 et 1918, puis entre 1939 et 1945, on (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Regarder en face le covid-19


11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas (...)
Lire la suite

A la poursuite d’un disparu Non, Kourouma : Allah s’est auto-obligé…


24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans la lancée de ses œuvres : le soleil des indépendances, en attendant (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite

Le matériau humain africain est-il à refondre ?


23 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’on aura reconnu la préconisation d’Aimé Césaire (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires