mardi, 3 août 2021 •

428 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Regarder en face le covid-19




(Par Roger Gbégnonvi)

​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas de visage. Il n’est ni la ‘‘vapeur’’ ni la ‘‘goutte d’eau’’, dont Pascal dit que, malgré l’évanescence de leur présence, elles peuvent tuer l’homme, ne lui laissant que le loisir de se savoir « encore plus noble que ce qui le tue ». Mince consolation ? Non ! Ultime et sublime consolation. Or ni vapeur ni goutte, le covid-19 est absence présentifiée en psychose universelle, confinement mondial, cadavres étales. L’homme blessé, humilié. Mais mort ou vif, il opposera au covid-19 la plus grande noblesse.
​Pas une noblesse de posture, mais une noblesse pour acter un monde nouveau, présentifié en vie et avenir mieux préservés, en joie mieux partagée, en bonheur mieux cultivé. Si le covid-19 avait une volonté, l’on voit bien qu’il la met à servir l’ignoble dessein de nuire et de détruire. L’homme a une volonté. Et par ces temps de terreur, de panique et de deuil, répandus par le covid-19, ce même covid-19 semble murmurer à l’homme : « Toi qui es conscient de toi-même, mets donc avec intelligence ta volonté au service de quelque noble idéal, au service du bien et du bâtir, au service de la tendresse. Ce sera, contre moi, ton geste-barrière le plus digne d’éloge. » L’homme relèvera l’ironique et cynique défi en rappelant à l’invisible ennemi que lui, homme, est, de toutes les créatures, le seul perfectible et qu’il l’abattra, lui, le sinistre adversaire, en cheminant vers la perfection, sa vocation spécifique, son but final. Car « Je suis maître de moi comme de l’univers :- / Je le suis, je veux l’être. » (Corneille). Et voici l’homme drapé d’une volonté lumineuse, résolument élévatrice.
​Elévation sans que, pour autant, l’homme élève les mains vers le ciel. Car « Gémir, pleurer, prier, est également lâche. / Fais énergiquement ta longue et lourde tâche / Dans la voie où le sort a voulu t’appeler, / Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler » (de Vigny). Sans parler. Un silence, pas ancillaire et soumis, mais seigneurial et fier. Héroïque. Car « Muet, aveugle et sourd au cri des créatures, / Si le Ciel nous laissa comme un monde avorté, / Le juste opposera le dédain à l’absence / Et ne répondra plus que par un froid silence / Au silence éternel de la Divinité » (Id). Un silence, pas ancillaire et soumis, mais seigneurial et fier. Héroïque. « Moi le roi, je veillerai seul » (Césaire). Et l’homme s’accomplit « juste » en s’en tenant aux « deux choses [qui] remplissent l’esprit d’admiration et de craintes incessantes : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi » (Kant).
​Et « la loi morale en moi » fait devoir à l’homme de ne s’en prendre qu’à soi. En effet, et c’est un paradoxe, « Les curieux événements qui font le sujet de cette chronique » (Camus dans ‘‘La peste’’) conduisent l’homme accompli « juste » à respecter Dieu en ne Le rendant pas comptable des joies et des misères humaines, en ne l’implorant pour aucune faveur. Car si l’homme demande à Dieu, par exemple, d’éloigner de lui le covid-19 et que, nonobstant sa supplique et ses mains tournées vers l’empyrée, le covid-19 continue à semer la désolation, Dieu sera tenu responsable d’avoir permis le covid-19, et coupable de le laisser poursuivre l’immonde besogne. Non ! L’homme ne doit ni responsabiliser Dieu ni Le culpabiliser. Mais l’homme peut aimer Dieu. Simplement. L’aimer en toute honnêteté et lucidité. L’aimer en tant qu’Il est Le Très-Haut et Le Tout-Puissant, mais sans la gracieuse puissance d’éloigner de l’homme le covid-19, mais sans la disgracieuse puissance de créer le covid-19. Dieu est Dieu. Mais en plein covid-19 comme en pleine peste, il revient à l’homme, et à lui seul, de « faire quelque chose pour le bonheur » (Id). Pour le bonheur de l’homme et pour son progrès.
​Si l’homme pouvait avoir le covid-19 sous les yeux, s’il pouvait regarder en face le covid-19, il n’y aurait qu’un propos humain à lui tenir : « Toi virus, tu travailles pour le malheur et la régression ; moi homme, je travaille pour le bonheur et pour le progrès. »

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN




Rosine forever


2 août 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Car Mme Rosine Vieyra Soglo n’a pas traversé le ciel béninois à l’instar (...)
Lire la suite

Biya et Monsengwo ou l’illusion de l’au-delà ?


24 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Question inépuisable. L’homme angoissé y répond depuis l’apparition des (...)
Lire la suite

Qu’est-ce qu’humaniser le Vodun ?


10 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le vieux médecin dans son cabinet au bord du Rhin voudrait savoir d’où (...)
Lire la suite

Allah-Dieu et l’initiative de l’homme


15 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​La croissance démographique et la piété agissante des fidèles d’Allah et (...)
Lire la suite

Conseils à la France pour sa survie


8 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Trois événements récents et successifs révèlent le malaise français. Un (...)
Lire la suite

Pandémique mépris de l’Afrique


1er mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le 27 mars 2020, sur deux chaînes de télévision de grande écoute, Antonio (...)
Lire la suite

Et si l’argent tuait vaccins anti Covid-19 et humanisme ?


27 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Dès le début de la pandémie, avant même que l’OMS ne la baptise Covid-19, (...)
Lire la suite

Abondance du vide et du mensonge au Bénin


20 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Elle a 25 ans. Jolie sans être maquillée. (...)
Lire la suite

GOLGOTHA SE TROUVE À MISSÉRÉTÉ


11 mars 2021 par Judicaël ZOHOUN
Ce n’est pas un nouveau périple chrétien dans une terre papale d’Italie. (...)
Lire la suite

Pour un Bénin au destin national


25 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Pour se révéler nation, des peuples dispersés, (...)
Lire la suite

Soixante ans d’indépendance sous le signe du respect


18 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il est au Bénin des survivants dahoméens (...)
Lire la suite

George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le...


28 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le système d’administration (...)
Lire la suite

Le développement multi qualifié entre discours, applications et quêtes : (...)


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les théories et discours sur le développement s’enchainent, (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

L’informel dans le Baol ou l’outil de propulsion le plus partagé (...)


19 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
C’est souvent par un parcours de titan déterminé par la conjoncture d’une (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires